24 avr. 2012

Charlotte Interview

SHARE

DW__Présente toi en quelques mots.
Je m’appelle Charlotte, j’ai 31 ans, je tiens le blog Balibulle.com, j’habite à Paris, j’ai un carlin qui s’appelle Tartine, et je suis journaliste en presse quotidienne.


DW__Pourquoi avoir créé un blog mode? depuis quand existe t-il?
Dès que j’ai découvert l’existence des blogs mode en 2006, j’ai eu envie de me lancer. Mes copines n’étaient pas trop branchées fringues donc j’étais seule avec mes états d’âme vestimentaires et mes coupures de magazines. Quand j’ai compris que tout cela pouvait se partager, j’ai créé Balibulle. Deux fois d’ailleurs : la première en novembre 2006, puis la seconde en avril 2008, avec quelques mois d’interruption dans l’intervalle. J’ai pensé, à un tournant de ma vie personnelle il y a cinq ans, pouvoir m’en passer. Mais l’envie de bloguer est revenue au galop.


DW__Pour toi, qu'est ce que la mode?
C’est moi... en mieux !


DW__Que penses-tu de l'influence des blogueurs/blogueuses mode dans le monde de la mode?
Je la trouve naturelle. Le monde de la mode a toujours été le trait d’union entre le rêve et la rue. Et la rue a toujours fait de la mode ce qu’elle voulait.


DW__Crois-tu qu'un jour ils vont remplacer les magazines de mode ou penses-tu que c'est juste éphémère?
Ni l’un ni l’autre, parce que les blogs n’ont rien à voir avec la presse mode. Un blog n’engage que celui qui l’écrit, il reste une sorte de journal intime, foncièrement subjectif, que l’on suit au quotidien, comme une conversation (surtout quand il y a un dialogue par le biais des commentaires). Un magazine, lui, garde une fonction d’information, et se construit collectivement. Pour le lecteur, on n’est évidemment pas dans le même type de contenu, mais surtout, pas dans le même type de lien.


DW__Selon toi, quelle époque est la plus marquante pour la mode féminine? Pourquoi?
Les années Folles, parce qu’elles ont définitivement libéré le corps des femmes et que toutes les créations de cette époque-là sont encore d’une modernité et d’une allure inouïes.


DW__Es-tu du genre à suivre la mode au "tissu" près ou l'adaptes-tu à ton style personnel?
Comme tout le monde, j’adapte ! Les tendances sont une boîte à idées dans laquelle je suis toujours curieuse de plonger, de fouiller... que j’y trouve mon compte ou non. Et puis je peux mettre beaucoup de temps à porter mes nouvelles acquisitions, mon rythme intérieur est assez mystérieux, même pour moi ! Comme beaucoup de gens de ma génération, qui ont grandi sans Internet, je suis une boulimique d’images... tout en étant lente à les digérer. Les effets de telle influence se font parfois ressentir des mois plus tard.


DW__Décris le en quelques mots.
De plus en plus “mix and match”. Et un peu plus graphique qu’avant. J’ai adopté, pour longtemps j’espère, une coupe de cheveux elle-même très graphique, du coup les fringues un peu bohèmes, que j’adore et possède en nombre, me flattent moins bien. Donc je dois réajuster le tir.


DW__Où puises-tu tes idées?
De plus en plus sur les photos de streetstyle et les blogs mode. J’ai un quotidien très auto-boulot-dodo, donc j’ai besoin du Net pour “voir le monde”. Et c’est quand même là, davantage que dans la presse mode ou sur les looks des célébrités, qu’on peut se projeter physiquement.


DW__Est-ce important pour toi d'être bien habillé pour chaque occasion, que ce soit à une soirée entre amis, à la terrasse d'un café ou bien pour aller chercher le pain tout simplement?
Dans l’absolu, oui, j’aimerais être au mieux de moi-même à chaque instant. Mais la flemme ou le manque de temps m’en empêchent de temps à autre. J’admirerai toujours les femmes qui se font un devoir d’élégance en toutes circonstances. Comme disait Coco Chanel “Ne sortez jamais de chez vous, même pour cinq minutes, sans que votre mise soit parfaite. C’est peut-être le jour où vous allez rencontrer l’homme de votre vie.” J’ai toujours vu ma mère sortir avec au moins le “minimum syndical”, pour moi la normalité, c’est ça.


DW__Selon toi, quel est le “crime de mode” par excellence?
La fadeur. Qu’au moins, on se marre un peu!


DW__Quel est ton accessoire fétiche?
Un foulard. Parce qu’absolument aucun autre vêtement ou accessoire (et vous pouvez chercher) ne concilie autant de style et de confort à la fois.


DW__Ton designer préféré, pourquoi?
Zara. Parce que c’est là que je retrouve tous mes designers préférés!


DW__Ton idéal féminin ou masculin aurait quel style ? Porterait quoi?
Masculin, il aurait un caban avec un col relevé et un beau jean. Le chic décontracté absolu et éternel.
Féminin, un mélange d’imprimés, forcément.


DW__Aujourd'hui c'est shopping. Ton lieu must du must?
Tout dépend quel budget j’ai à disposition... Disons le Bon Marché. Bien approvisionné et souvent désert.


DW__Qui qualifierais-tu d'icône?
Taylor Tomasi. Parce que je n’arrive pas à analyser comment elle fait (même si je n’aime pas tous ses looks) donc elle a un mystère très attractif. Je la trouve imprévisible et j’adore quand la mode est aussi libre, créative et surprenante sans jamais virer au déguisement.


DW__Site(s)? Blog(s)? Autre(s) lien(s)?
Mes deux coups de coeur sur la blogo française ces derniers mois :
Le blog “De la sape” de ma copine Marina (http://maifreakinlipstick.blogspot.fr), parce que je suis juste aux anges qu’elle se soit lancée sur la blogo pour de bon, elle est un peu ma Taylor Tomasi : on n’a pas toujours les mêmes goûts mais elle est super inventive et je me “nourris” de son énergie, tel un vampire !
Et Aurore (www.a-certain-romance.fr) dont j’aime la cohérence et le putain de bon esprit.


DW__Mot de la fin ?
Oser, oser, oser ! Parce que c’est long, qu’il faut du temps pour enfin se jeter à l’eau, alors autant se mettre au boulot tout de suite.
BACK TO TOP
THEDAILYWOMEN - blog mode bordeaux - mode - art - deco - lifestyle ©